JSN ImageShow - Joomla 1.5 extension (component, module) by JoomlaShine.com

New Letter







 
 
   
Accueil arrow Principes & Stratégies
 
Principes & Stratégies

PRINCIPES ET STRATEGIES DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE DESERT POUR UNE NOUVELLE ETHIQUE


" SEPT VOIES POUR UNE SEULE VOIX "

La Fondation se propose de faire émerger une nouvelle éthique pour le développement durable des déserts à la faveur d'une stratégie organisée autour de sept axes :

1 - RECONNAITRE LES DESERTS COMME DES LIEUX DE DEVELOPPEMENT SPECIFIQUES :
Rares sont les exemples ou des déserts ont bénéficie d'un développement propre et d'une croissance introvertie.
Les approches et les politiques de développement dans les déserts sont tributaires de décisions prises par des centres économiques et des instances politiques situés en milieu urbain et à tout le moins éloignés des déserts.
C'est pourquoi à l'exploitation des ressources naturelles au détriment de développement durable de ces régions souvent marginalisées.
Les zones désertiques ont besoin d'être reconnues comme des partenaires à part entière de l'action pour le développement durable.C'est précisément ce à quoi s'attelle la " Fondation Déserts du Monde " en s'appuyant sur :

  • La proximité, la délégation et la décentralisation dans l'action, l'encouragement des institutions locales ;
  • La reconnaissance et le droit aux ressources naturelles
  • La création d'espaces de rencontres, de plate- forme culturelles et de réseaux de communication afin de donner une voix aux populations de ces zones.


La Fondation Déserts du Monde privilégie les espaces féconds de rencontre et les réseaux de communications formels ou informels, car ils permettent, les échanges d'informations, l'établissement de, collaborations et surtout la construction consensus autour des intérêts communs au profit des communautés locales.

2 - ELABORER UNE " DISCRIMINATION POSITIVE " AU PROFIT DES DESERTS :
Les déserts souffrent d'un manque de capitaux et de pauvreté chronique alors qu'ils possèdent parfois des ressources uniques telles que le sel , l'eau , la biodiversité, le gaz naturel ou encore le pétrole .
Le plus souvent les ressources sont exploitées par des organisations extérieures et par conséquent les profits sont rarement réinvestis dans ces zones .
La solution se trouverait dans une discrimination positive au profit des déserts afin de compenser les handicaps en instituant des financements spécifiques à la faveur d'une mise en œuvre de politiques spécifiques et adaptées pour les déserts financées par des caisses ou des fonds ad-hoc.

3 -PREVENIR LA MONO-PRODUCTION ET PROMOUVOIR UNE POLITIQUE DE DIVERSIFICATION DES REVENUS : 
La mono production contribue à l'appauvrissement des déserts et concourt à l'exode rural .
La plupart des déserts du monde sont des régions marginalisées avec pas ou de faible potentialités pour une agriculture de grande échelle.
Aussi, les groupes les familles et les communautés vivant dans le désert sont astreints souvent à une surexploitation des ressources naturelles et des écosystèmes désertiques.

La solution serait donc :

  • De prévoir des politiques et programmes ciblant spécifiquement les économies de ces zones, et qui incluent notamment des stratégies de diversification.
  •  D'identifier et d'encourager les possibilités d'échanges dynamiques de complémentarités entre les zones urbaines et celles du désert.


4 -IMPLIQUER TOUS LES ACTEURS LOCAUX DANS L'ELABORATION DES STRATEGIES DES PROGRAMMES ET DES PROJETS :
Les potentialités locales de création, d'innovation et de gouvernance sont un facteur clef dans le développement des zones désertiques. Il faudrait impliquer encore plus les acteurs locaux dans l'élaboration des stratégies et investir au maximum dans un système d'éducation décentralisé, orienté vers les besoins des zones désertiques , sans pour autant négliger les liens avec les réseaux nationaux et universels qui promeuvent l'innovation .
Une politique publique appropriée pourrait aider à la création d'un environnement favorable, et ainsi aider les efforts combinés des communautés locales, des gouvernements, du secteur privé et des ONG à émergence des potentialités et des foyers locaux d'innovation.

5- OPERER LE CHANGEMENT CULTUREL SANS PERTE D'IDENTITE.

Le respect de la diversité biologique implique le respect de la diversité humaine: c'est la reconnaissance de ce dialogue quotidien comme principe fondateur qui doit être affirmée et préservée

Il existe une grande diversité de cultures dans le désert. La richesse et la diversité de cet héritage est mise en danger aujourd'hui par un changement social et culturel brutal, l'homogénéisation, la mondialisation et les modes de productions et de consommation non viables.
La pauvreté, les migrations et la dominance des valeurs urbaines et celles du nord transmises par les médias, le système éducatif standardisé et éventuellement le tourisme aggravant encore la précarité culturelle et économique des déserts.
Le besoin de mesures pour contrer cette érosion culturelle se fait sentir ne serait ce que parce que l'identité culturelle et l'estime de soi des composants essentiels du développement. C'est pour quoi il y a lieu

  • De faire connaître les cultures et les traditions des peuples du désert; 
  • De préserver pour les générations futures, le paysage culturel traditionnel des civilisations du désert;
  • De respecter les cultures de ces régions et de prévoir des programmes directement orientés vers le développement dans les désert, des télévisions et des radios nationales;
  • De promouvoir les langues et les dialectes des peuples du désert.

L'Institut des Déserts du Monde et le Festival des Cultures des Peuples du Désert y contribueront et s'inscrivent dans cette démarche.

6- CONSERVER ET PRESERVER LES ECOSYSTEMES DESERTIQUES :
INVENTAIRES, CLASSEMENT ET PROMOTION DES DESERTS
Les cultures détiennent le savoir sur la biodiversité dont elles sont nées et se nourrissent.
Les modes de vie dans les déserts sont tributaires de la diversité biologique dans ces régions.
L'écosystème des zones désertiques est vulnérable et peut être aisément détruit.
Selon le World Watch Institut, les continents perdent chaque année quelques 24 milliards de tonnes de sol superficiel et 70 % des 5.2 milliards de tonnes de terres arides vouées à l'agriculture sont déjà dégradés.
En raison de son extrême sensibilité, l'écosystème du désert a tendance à réagir plus tôt à la dégradation globale de l'environnement.
Aussi est-il urgent d'agir, car les déserts sont un patrimoine en péril si on n'y prend garde par le repérage des paysages et écosystèmes prestigieux et remarquables et leur proposition au classement.
La promotion du développement qui n'affecte pas la biodiversité de ces écosystèmes vulnérables.


7 - INSTITUTIONNALISER LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES ZONES DESERTIQUES.
Le développement durable est consubstantiellement lié à la mise en œuvre d'institutions pérennes.
En dépit de son importance, le développement durable dans les zones désertiques ne s'impose pas encore dans les instances de décision au niveau global, régional ou national. S'atteler à cette tâche, demande le recours à des plaidoyers en faveur de ces zones, l'utilisation des pressions de type lobbying et une véritable institutionnalisation de la question ainsi qu'un échange d'expertises techniques et professionnelles.
Il conviendrait dans un premier temps d 'élaborer et de mettre en œuvre des plans directeurs, des plans d'actions et des instruments pertinents et en un mot de dessiner une stratégie qui identifie des problèmes spécifiques tendant au développement durable dans ces zones et se focaliser entre eux.
Attribue à ces questions ou ces problèmes spécifiques, suffisamment de capitaux et de personnels spécialisés.

 

 
 
Design by YCM